Le vieux qui lisait des romans d'amour
Analyse du livre / Fiche de lecture sur Le vieux qui lisait des romans d'amour

Le vieux qui lisait des romans d'amour

Analyse du livre / Fiche de lecture de Luis Sepúlveda

Fiche de lecture sur Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepulveda. Cette analyse du Vieux qui lisait des romans d'amour de Sépulveda comprend : une biographie de Luis Sépulvéda, un résumé du Vieux qui lisait des romans d'amour, une analyse des thèmes, une analyse du style et une analyse des personnages.

Cette fiche de lecture sur Le vieux qui lisait des romans d'amour a été rédigée par un professeur de français.


Que puis-je trouver dans cette analyse sur "Le vieux qui lisait des romans d'amour"

  1. Résumé du Vieux qui lisait des romans d'amour
  2. Analyse des personnages
    1. Antonio José Bolivar Proaño
    2. Docteur Rubincondo Loachamín 
    3. Josefina
    4. Les Jivaros
    5. Les Shuars
    6. Dolores Encarnacion del Santisimo Sacramento Estupinan Otavalo
    7. Le maire
    8. Nushiño 
    9. Le prêtre
    10. L'institutrice
    11. Napoléon Salinas
    12. Alkaseltzer Miranda 
    13. Placencio Puñan 
    14. Onecén Salmundio
  3. Axes de lecture
    1. Le peuple des Shuars 
    2. La forêt amazonienne 
    3. Les bienfaits de la lecture
A propos de l'analyse
  • Pages
    11
  • Format
    .pdf
  • Style
    abordable et grand public
  • Rédacteur de l'analyse
    Sophie Lecomte
  • Titre du livre analysé
    Le vieux qui lisait des romans d'amour
A propos du livre "Le vieux qui lisait des romans d'amour"

Traduit de l’espagnol « Un viejo que leía novelas de amor » vers le français, « Le Vieux qui lisait des romans d'amour » est un roman chilien de l’auteur Luis Sepulveda. Publié en 1992, « Le vieux qui lisait des romans d’amour » fut traduit la même année par François Maspero.

« Le Vieux qui lisait des romans d’amour » commence avec la découverte du cadavre d’un homme sur une pirogue en pleine forêt amazonienne. Rapidement, les indiens sont accusés du méfait, mais Antonio José Bolivar reconnait qu’il s’agit du travail d’un félin. Antonio, qui est « le vieux qui lisait des romans d’amour », s’enfonce dans la forêt, décidé à retrouver la bête.